le spasmophile et la voie psychiatrique

  • Par val19
  • Le 07/01/2017
  • Commentaires (0)

Autour du spasmophile , tout le monde se lasse et la famille se rend à l'avidence : il s'agit d'une dépression confirmée par le médecin.L'angoisse enfonce progressivement le spasmophileet le désespère.Se sentant incompris , la peur de devenir fou l'étreint .La fatigue est un symptome majeur dans la dépression et cette anxiété pesante qui l'envahit journellement le conduit rendre les armes .Certes ce premier cercle vicieux a induit un état dépressif réactionnel.Il va maintenant faire un deuxième cercle vicieux car la consultation mène à la prescription d'un anxyolitique et d'un antidépresseur.L'état peut temporairement s'améliorer mais le spasmophile, qui réagit excessivement à tout ce qui l'entoure ne va pas y trouver son compte.D' ou l'accoutumance et le passage à d'autres traitements encore plus lourds .Quand tout va mieux , peut on imaginer cesser le traitement ? la peur que le cauchemar reprenneproroge les prescriptions .De fait lorsque de guerre lasse , le patient décide d'arreter de lui meme survient un rebond et tout recommence!!

Prendre en charge la spasmophilie passe par une longue période de sevrage durant laquelle la mise en place de moyens simple de rééquilibrage de terrain est incontournable, exercices respiratoires , relaxation et sophrologie et psychothérapie

spasmophilie émotions bilan personnel stress

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×